Accédez à notre espace dédié aux professionnels

Espace Pro
Nos rayons

S'abonner à la Gazette de la Librairie et à la Lettre de l'Association des Amis de la Librairie (ADAL)

Entrez-votre adresse mail ci-dessous et vous recevrez toutes les informations concernant les initiatives de l'ADAL : salons, dédicaces, conférences...ainsi que Le Promeneur à chacune de ses parutions.

Nous contacter
Pas d'image disponible pour le moment

BATONS DE RANDONNEES

Auteur : LECLAIR Y

[ean : 9782710329695]
  • Editeur : TABLE RONDE
  • Collection : QUAI VOLTAIRE
  • Date de parution : 14/06/2007
  • Format : 19.50 cm x 12.30 cm x 9.50 cm
  • Prix : 13,70 €
  • Disponible sous 3 à 8 jours.
Résumé
Douze chapitres, consacrés à chacun des douze mois de l'année. Douze ragas, ces «compositions sonores, formées de mouvements mélodiques, qui ont pour effet de colorer le coeur des hommes». Comment ne pas penser également au rythme du ragtime, qui lui aussi cadence en ses variations le battement des coeurs, et la démarche des corps. Entre l'ici et Tailleurs, l'Occident et l'Orient extrême, le présent et l'éternel, Yves Leclair poursuit, le bâton ou le calame à la main, la promenade méditative entreprise avec son Manuel de contemplation en montagne (La Table Ronde, 2005). Nourrie de nos écrivains d'hier ou d'aujourd'hui, Pline le Jeune ou William Cliff, autant que du Tao-te king, c'est la même émotion qui circule, et nous enseigne que rien d'humain ne nous est étranger. Qu'il évoque le paysage, ou qu'il entreprenne quelque «voyage sémantique» au coeur du savoir, de la saveur et de la sagesse, l'auteur se conforme au voeu de Hölderlin, qui est d'«habiter poétiquement notre terre». Loin de toute vaine agitation, ces «randonnées» illustrent à merveille le mot de Vialatte : «Le loisir est un état d'âme...» J.-C. P. Extrait du livre : Raga du givre en février Matin de lumière blanche, matin de givre. Phosphorescence du ciel bleu, quand j'ouvre les volets irradiés. Un blanc léger voile les toits d'où montent des fumées. J'écoute, à la radio, des chants bouddhistes, et des psaumes juifs andalous. Le rouge-gorge en forme de poing orange s'est juché sur un quignon de pain sec. Voilà qui redonne des couleurs - au plat du jour (autant qu'à tes joues, je veux dire tes jougs). La lampe-tempête pendue à la poutre de l'auvent, en plein vent, se balance. Sa porte de verre s'est entrouverte. Dedans la bougie a disparu. Reste un peu de buée sur l'hexagone de ses minuscules fenêtres. Qui l'a soufflée ? Qui nous souffle ? Qui souffle nos bougies ? À l'origine, le mois (le moi ?) de février était celui des fièvres et des purifications. Je sais faire la différence entre une page de mots et une plage de vie : c'est à coups de bâton que le destin me corrige. Il pleut aussi dans ma lumière. Mettre une petite motte de beurre pour le couple des mésanges charbonnières qui viennent se réchauffer, à l'abri du vent, sur le rebord de la fenêtre, c'est plus poétique que tous les discours poétiques. C'est une réponse - modeste, certes - au voeu de Hölderlin : habiter poétiquement cette Terre. Ainsi qu'à la juste révolte de l'enfant des Ardennes : nous ne sommes pas au monde ! Coquilles d'escargots vides au pied du cerisier dépouillé. Ainsi les mots où nous entrons plus ou moins. Sans doute en savent-ils plus que nous en savons, comme le prêtre de Babylone qui lisait dans les lettres du ciel étoile. Nous écrivons ce que nous ignorons. Quels mots écris-tu ? Quels mots ne fréquentes-tu pas, ignorant ? Le savoir de ceux que tu fréquentes cache déjà une montagne d'ignorance, alors tu imagines - ceux que tu refuses ! Il n'est pourtant pas plus préférable de manquer de mots !
Ce livre m'intéresse

Vous pouvez compléter ce message ou y ajouter des informations.


Envoyer à un ami
Ils pourraient vous plaire
L'HOMME AUX SEMELLES DE VENT
LEBRIS M
PAYOT POCHE
DANS MES PAS
ETIENNE JEAN-LOUIS
PAULSEN
La promesse de l'envol
Chambost Germain
Transboréal